Accueil
POUR QUE VIVE LE COLLÈGE INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE !

POUR QUE VIVE LE COLLÈGE INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE !


Appel de l'Assemblée collégiale du CIPh

 

Le Collège International de Philosophie (CIPh) est actuellement menacé dans son identité et son existence par une décision unilatérale du Ministère de l’Education Nationale. Dès septembre 2009, seront supprimées les « mises à disposition » permettant à des professeurs de l’Enseignement Secondaire (quinze actuellement) de se consacrer, à mi-temps, à la direction d’un programme de recherche au CIPh, tout en continuant d’assurer leur mission d’enseignement dans leur établissement d’origine.
 

Signer la pétition



Fondé en 1983, dans la continuité des travaux du GREPH (Groupe de Recherche sur l’Enseignement Philosophique), à l’initiative notamment de Jacques Derrida, le CIPh constitue un lieu d’enseignement original et unique en Europe, qui, depuis sa création, présente les caractéristiques suivantes:

 

  • L’articulation entre l’enseignement secondaire et la recherche est au coeur de sa mission, et constitutive de son identité. Il importe à la recherche d’être liée à l’enseignement qui la divulgue : le CIPh, en permettant à des professeurs de lycée de développer dans le long terme un programme de recherche, contribue à l’enrichissement des pratiques, formes et contenus pédagogiques à l’oeuvre dans l’enseignement de la philosophie.

     

  • L’interdisciplinarité est inscrite dans la définition même du CIPh : programmes de recherche, séminaires et colloques y sont organisés par « intersections », dans une configuration qui appelle les philosophes à dialoguer avec les méthodes et démarches propres au droit, à l’art, aux mathématiques, aux sciences de la nature, aux sciences humaines ou à la littérature.

     

  • Le CIPh accorde une place importante aux penseurs qui firent l’originalité et la renommée internationale de la philosophie française du dernier demi-siècle.

     

  • Le CIPh jouit d’une reconnaissance internationale éminente, dont témoignent aussi bien le nombre croissant de chercheurs étrangers désireux d’y être associés que les nombreuses conventions conclues avec des institutions de recherche et d’enseignement supérieur dans le monde.

     

  • Le CIPh réalise depuis vingt cinq ans une idée profondément émancipatrice de la philosophie : la recherche philosophique doit s’ouvrir à tous les publics, sans condition de diplôme ni de cursus. Cette ambition première a fait ses preuves et a contribué à porter la réflexion et le questionnement philosophiques au sein des institutions publiques et de la Cité.

     

    Le CIPh occupe ainsi une place fondamentale dans le champ philosophique français et international, qui doit être préservée. La suppression, sans mesure de remplacement, des mises à dispositions dont bénéficiaient jusqu’à présent les enseignants du secondaire du CIPh met radicalement en cause les missions et le rôle de celui-ci. Elle porte également atteinte à un principe fondateur d'égalité dans l'accès au savoir, au questionnement critique et à la recherche en philosophie.

     



    C’est pour cette raison que nous demandons publiquement le maintien de ces mises à disposition ou leur remplacement par une mesure équivalente, indispensable à la vie du CIPh et au rayonnement de la philosophie dans la vie intellectuelle en France et à l’étranger.

  •  
    COLLOQUE INTERNATIONAL 6 et 7 décembre 2008 : Derrida Politique

    COLLOQUE INTERNATIONAL 6 et 7 décembre 2008


    à l’École Normale Supérieure
    45, rue d’Ulm - 75005 Paris
    salle Dussane

    DERRIDA POLITIQUE

     

    Si la pensée derridienne ne développe pas une “philosophie politique” au sens traditionnel, c’est-à-dire toujours marquée par l’histoire de la métaphysique, elle ne constitue pas moins un mode de pensée fondamentalement politique. Mais autrement. Cette pensée demeure incomprise pour « ceux qui ne reconnaissent le politique qu’à l’aide des panneaux de signalisation d’avant la guerre ». Toutes les interventions de Derrida dans des situations politiques concrètes s’inscrivent dans le prolongement d’un acte de déconstruction qui se situe en amont des habituelles prises de positions qu’appellent les préjugés de la conscience bavarde. Leurs gesticulations tournent court devant la “chose même” du politique en ne cessant de répéter, sans même la conscience ou la mémoire du ressassement. S’il n’y a pas de démocratie sans mise en commun, il n’y a pas non plus de démocratie sans respect de la singularité et de l’altérité irréductible qui échappent à toute communauté. Dans l’urgence de penser ce qui vient de nouveau, de penser de manière neuve ce qui est nouveau et ce qui revient — en parlant de la politique sans parler politique — Derrida nous invite à révolutionner le concept même de révolution.
    Colloque organisé conjointement par l’ENS-CNRS, l’Institut des Hautes Études en psychanalyse, le laboratoire Pensées des sciences et le Comité éditorial de l’oeuvre de Derrida, à l’occasion des parutions de Derrida pour les temps à venir — Stock, 2007 — et du premier volume du Séminaire La bête et le souverain de Jacques Derrida — Galilée, 2008.

     
    Lire la suite...
     
    LEVINAS-DERRIDA : LIRE ENSEMBLE

    COLLOQUE INTERNATIONAL

    LEVINAS-DERRIDA : LIRE ENSEMBLE

    Image

    Organisé par :
     Les Archives Husserl (UMR 8547 du CNRS)
     L’Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm Paris 75005

     Télécharger le programme

     Date : 20 et 21 juin 2008
     Lieu  : Salle des Résistants

     

    (Comité scientifique : Marc Crépon, Danielle Cohen-Levinas, Joseph Cohen, Raphael Zagury-Orly)

     

    Responsables  : Marc Crépon, Danielle Cohen-Levinas

     

    Programme

     

    Vendredi 20 juin : matin

     

     9h15 : Ouverture - Jean-François Courtine
     9h30 : Danielle Cohen-Levinas : Politique de l’indéconstructible – la justice, l’exil et l’éthique

     10h20 : David Brézis : Rencontre de l’Autre et face à face avec Dieu

    Pause
     11h30 : Serge Margel : Sauver les phénomènes – Levinas/Derrida et la question du messianisme

     

    Après Midi

     

     14h30 : Catherine Malabou : Le sens du féminin
     15h20 : Stéphane Habib : Ce qui les lie ? « plus d’une langue »
    Pause
     16h20 : Orietta Ombrosi : Non seulement un chien : les bestiaires de Levinas et Derrida
     17h10 : Joseph Cohen : L’impossible – entre Derrida et Levinas

     

    Samedi 21 juin : matin

     

     9h30 : Gérard Bensussan : Ethique de l’ndécidable
     10h20 : Marie-Louise Mallet : Dons et Merveilles
    Pause
     11h30 : Raphael Zagury-Orly : Le tombeau du propre
     12h20 : Igor Bucharles : Le Dire et l’écriture

     

    Après-midi

     

     14h30 : Fernanda Bernado : Du poème du « Tout autre » au « Tout autre » est tout autre
     15h20 : Petar Bojanic : Les attributs de la violence chez Emmanuel Levinas et Jacques Derrida


    Pause
     16h30 : Marc Crépon : Hospitalité et mortalité

    Télécharger le programme

     
    << Début < Précédente 1 2 3 Suivante > Fin >>

    Résultats 5 - 8 sur 11

    Qui est en ligne

    Il y a actuellement 1 invité en ligne
    Site Jacques Derrida © 2004 - 2008 All Rights Reserved