Derrida politique - revue Cités n°30

Revue Cités - N° 30

Derrida politique:

La déconstruction de la souveraineté

 

Éditorial, Yves Charles Zarka
Le souverain vorace et vociférant

Dossier : Derrida politique
Coordonné par Charles Ramond
Guy Petitdemange, De la hantise
Christian Delacampagne,
L’aventure
américaine de Derrida


Jean-Luc Nancy,
L’indépendance de l’Algérie et l’indépendance de Derrida
Jean Grondin,
Derrida et la question
de l’animal

Grand article inédit
Jacques Derrida,
Le souverain bien
La conférence de Strasbourg du 8 juin 2004

 

Pour son numéro 30, "Derrida politique, La déconstruction de la souveraineté (puissance et droit)", la revue Cités publie un inédit exceptionnel de Jacques Derrida :"Le souverain bien - ou l’Europe en mal de souveraineté" (La conférence de Strasbourg du 8 juin 2004).

Le supplément, Droit de Cités n°3, a pour thème "Derrida : de la déconstruction dans l’art".

 

La politique a toujours été une préoccupation centrale de l’oeuvre de Jacques Derrida, en particulier à travers les thèmes de la violence et du don, du secret et de la transparence, de la vie et de la mort, de la force et de la loi, du droit et de la justice, etc. La déconstruction des textes et des concepts politiques est possible, et même nécessaire, en vue de dissoudre les prétendues évidences et les concepts trop massifs (le sujet, la raison, le droit, l’autorité, le souverain) qui arrêtent la réflexion plutôt qu’ils ne la fondent. En outre, c’est sans doute dans des textes politiques que Derrida a posé avec le plus de clarté la question de la définition et du statut de la déconstruction. C’est en particulier le cas de la conférence intitulée "Du droit à la justice" (in "Force de loi") dans laquelle on trouve cette affirmation fondamentale : "La déconstruction a lieu dans l’intervalle qui sépare l’indéconstructibilité de la justice et la déconstructibilité du droit". Cette déconstructibilité du droit, c’est aussi évidemment celle de l’autorité et de la souveraineté. On mesure donc l’importance du texte inédit "Le souverain bien", publié dans le n°30 de Cités, qui est d’une certaine manière le testament politique de Derrida, en tout cas sa dernière conférence prononcée en France.

 

Extrait du communiqué de presse